La revue Viandes et produits carnés

La revue française de la recherche en viandes et produits carnés  ISSN  2555-8560

flickrfacebooktwitterdiggstumbleuponfeed

 lES DERNIERS ARTICLES PARUS

 
 

Conséquences de l’Accord Economique et Commercial Global (AECG/CETA)

Les principaux impacts de l’Accord Economique et Commercial Global (AECG/CETA) sur les productions animales européennes

Près de 10 ans après le lancement des négociations, l’Accord Economique et Commercial Global (AECG) ou "Comprehensive Economic and Trade Agreement" (CETA, acronyme utilisé ci-après dans le texte) a été ratifié par les institutions communautaires en février 2017. Si les Etats membres de l’Union européenne (UE) doivent encore le ratifier, la majeure partie de cet accord dit "mixte" (compétences partagées entre l’UE et ses Etats membres) s’applique depuis l’entrée provisoire de l’accord fin septembre 2017. En effet, la mise en œuvre des dispositions de compétence communautaire n’attendra pas la ratification définitive de l’accord.
C’est notamment le cas des questions tarifaires qui auront un impact sur les agricultures européennes, notamment par la baisse de droits de douane encore importants. Il offre également de nouvelles possibilités de révision à la baisse des normes sanitaires, phytosanitaires et environnementales. Une étude publiée par l’Institut de l’Elevage, l’IFIP et AgroParisTech montre ainsi que cet accord risque de fragiliser les productions européennes de viande bovine et porcine par des imports supplémentaires de viande à droits de douane nuls à certaines périodes.

Formation et répartition des gains de productivité en élevage bovin viande

Qui sont les gagnants et les perdants sur les 35 dernières années ?

La méthode des comptes de surplus permet d’évaluer l’évolution de la productivité de l’ensemble des facteurs d’une entreprise et la répartition des gains de productivité entre les différents agents économiques. Nous avons appliqué cette méthode sur une base de données de 164 exploitations bovin allaitant du bassin Charolais de 1980 à 2015. Sur la période de 36 ans, le Surplus Global de Productivité (SPG) cumulé s’accroît faiblement à un rythme de +0,17%/an. Ce faible accroissement du SPG est lié à la constante augmentation de la productivité du travail, alors que la productivité des autres facteurs régresse. Nous observons une baisse du revenu des exploitants, une très légère baisse du prix des consommations intermédiaires, auxquels s’ajoute une très forte augmentation des soutiens publics directs. L’ensemble de surplus économique cumulé a été captée à 64% par l’aval de la filière bovine sous forme de baisse de prix. Les bénéficiaires des gains de productivité en élevage bovin viande sont majoritairement les acteurs de l’aval de la filière, tandis que, de par les aides versées aux producteurs de bovin viande, l’Etat et l’Union européenne sont les principaux financeurs de cette baisse de prix des produits agricoles. La baisse du revenu des exploitants indique clairement qu’ils sont perdants dans cette répartition des gains de productivité.

Lectures d’actualité : Un point sur les recherches sur les territoires d’élevage en Europe

Une expertise scientifique collective pour faire le point sur les rôles, impacts et services issus des élevages en Europe

Cet article présente le numéro spécial de la revue Inra Productions Animales "L’élevage en Europe : une diversité de services et d’impacts". Il est composé de 10 articles proposant un bilan des recherches sur les rôles, impacts et services issus des élevages (ruminants, porcs et volailles) en Europe. Ces articles s’appuient sur trois chapitres de l’expertise scientifique collective conduite par l’Inra à la demande des ministères en charge de l’Environnement et de l’Agriculture, et de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). Associer les termes services et impacts conduit à considérer conjointement les effets positifs et négatifs de l’élevage. L’accent est également mis sur la diversité des territoires d’élevage européens.

Compte-rendu du Workshop international sur les normes et les marchés de la viande

Workshop de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe sur les marchés durables de la viande de ruminants, le commerce transfrontalier et la qualité sensorielle de la viande ovine et bovine

Le Teagasc (institut irlandais de recherche-développement en agriculture) a organisé un workshop de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) sur la qualité sensorielle de la viande et la classification des carcasses ovines et bovines pour une meilleure satisfaction des consommateurs et la diffusion des normes de la CEE-ONU. Le workshop a également été soutenu par le “Meat Livestock Australia” (MLA). Par ailleurs et en parallèle, une formation a été organisée pour les participants intéressés par les marchés de la viande, la qualité de la production et les normes (de la CEE-ONU notamment) pour le commerce international. Ce workshop a eu lieu avant le 63ème Congrès International de la Science et de la Technologie des Viandes (ICoMST) et est, en partie, la continuité de workshops comparables préalablement organisés en Corée du Sud et en France à l’occasion des 56ème et 61ème ICoMST respectivement. Ce workshop a rassemblé 118 experts du secteur public ou du secteur privé (chercheurs, professionnels de la viande, etc) intéressés par le classement de la viande bovine et ovine selon son niveau de qualité. Les présentations des orateurs invités sont disponibles sur le site http://www.unece.org/index.php?id=45629. Les objectifs de ce workshop étaient de faciliter les collaborations internationales à venir sur l’évaluation de la qualité sensorielle et les initiatives professionnelles permettant le classement des carcasses afin de satisfaire les consommateurs de viande bovine et ovine. Ce workshop avait aussi pour objectif de faciliter le développement des marchés durables et l’intégration des pays d’Asie centrale ou des Balkans dans le marché mondial.

Faiblesses exogènes de la compétitivité de la filière viande bovine algérienne

Analyse des contraintes pesant sur la compétitivité de la filière viande bovine en Algérie

Les atouts de compétitivité dont dispose la filière viande bovine en Algérie paraissent réduits compte tenu des contraintes qui pèsent sur sa capacité concurrentielle. En outre, l'environnement économique, les facteurs sociaux, les facteurs territoriaux, l’organisation et l'articulation des différents maillons de la filière demeurent peu favorables. Il est admis globalement que la capacité des acteurs de la filière à faire face à la libéralisation des échanges est étroitement liée aux soutiens de l’Etat. Cet article propose d’analyser les facteurs exogènes qui pèsent sur la compétitivité de la filière viande bovine algérienne.


qrcode vpc

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone,
veuillez scanner ce flashcode.


Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2
  • Tél. : +33(0) 4.73.98.53.80
  • Fax : +33(0) 4.73.98.53.85
  • E-mail : contact
  • Site internet :www.adiv.fr